Mauresmo dans le trou

biomauresmo01gf9.jpgLa tenniswoman française se pose des questions après son élimination en 1/16ème de finale du tournoi de Doha (Qatar) par la modeste Tamarine Tanasugarn (101ème joueuse).

Mais que les supporters de « Momo » se rassurent, l’ancienne numéro 1 mondial n’en a pour autant pas encore fini avec le tennis. « J’ai encore envie de continuer mais je me demande parfois si je dis cela pour m’en persuader », s’ouvre Amélie Mauresmo. Elle doute. Mais cela est-il finalement si étonnant de voir la Française mentalement à la peine? Pas vraiment. Championne du monde junior en 1996, Amélie Mauresmo met du temps avant de réellement intégrer le top en WTA. La pression n’est en effet pas la même. Les attentes sont toujours plus grandes. La France entière attend la relève de Mary Pierce. Cela n’empêche pas la joueuse de réussir de belles performances comme sa première finale du Grand Chelem en Australie qu’elle perd face à Martina Hingis en 1999.

Mais la jeune femme doit également compter avec ce que l’on dit d’elle après avoir révélé son homosexualité. Ses épaules solides lui permettent toutefois de tracer sa longue route vers son premier titre d’un tournoi du Grand Chelem en 2007 à l’Open d’Australie (sur abandon de Jusitne Henin). Une route faite de blessures et de moments de doute aux côtés de son entraîneur, Loïc Courteau, mais à laquelle viendra tout de même s’ajouter un second titre du Grand Chelem à Wimbledon, quelques mois plus tard, toujours face à Justine Henin.

Paradoxalement, pourtant poussée par le public français, c’est à Roland Garros que Mauresmo craque complètementt. Sa défaite contre la Tchèque Nicole Vaidisova au quatrième tour en 2006 lui reste en travers de la gorge. La chouchoute du public n’a jamais pu aller au-delà des quarts de finale (2003 et 2004) à Paris. Toujours à cause de cette pression qu’elle parvient à s’enlever un certain temps mais qui revient ensuite au galop. Yannick Noah, en tant que coach mental, aidera d’ailleurs Mauresmo dans sa « guérison ». En vain

Opérée en 2007 d’une appendicite, la Française ne semble toujours pas avoir retrouvé son rythme; « J’essaye de trouver des réponses aux questions des journalistes qui sont en fait les mêmes que je me pose », avoue Amélie Mauresmo.

La saison 2008 ne fait que commencer mais les tournois de terre battue arrivent déjà. Avec Roland Garros qui se profile, Amélie Mauresmo a intérêt à vite se reprendre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :