Liga: Valence flirte dangereusement avec la relégation

wappen-fc-valencia-cf.gifRien ne va décidément plus pour le FC Valence. Les joueurs de Ronald Koeman ont connu un nouveau revers ce week-end face à Séville à Mestalla (1-2). Ils pointent désormais à la dixième place du classement, à 4 points seulement du premier relégable (Recreativo avec 32 points). Et à l’allure à laquelle l’ancien champion d’Espagne (2003-2004) enchaîne les contre-performances et le réveil que connaissent les équipes de bas-fond, il y a de quoi se faire du mouron sur la côte espagnole.

Mais le malaise sportif n’est en fait que le reflet des tensions internes au club. Tout commence un mercredi 31 octobre 2007. Ronald Koeman est nommé entraîneur de Valence et quitte donc le PSV Eindhoven à la demande spéciale du président de l’époque, Juan Soler. Quique Flores avait en effet été limogé trois jours plus tôt à la suite des résultats assez moyens du début de saison. Valence était pourtant quatrième du classement à 4 points…du leader. Le sextuple champion d’Espagne se retrouve maintenant largué à 26 longueurs du Real Madrid, premier du classement, La caravelle hispano-néerlandaise ne cesse de prendre l’eau depuis le mois de novembre.

La méthode Koeman

koeman.jpgA son arrivée, Ronald Koeman remet tout de suite les pendules espagnoles à l’heure. L’ancienne gloire du FC Barcelone n’hésite alors pas à s’attaquer aux indéboulonnables que sont Canizares, Albelda et Angulo. Le Néerlandais évince carrément les trois dinosaures de ses plans. Une décision qui reste en travers de la gorge de certains supporters. Le président soutient toutefois le coach dans sa politique du renouveau.

Mais le choc psychologique attendu chez les Chauves-souris n’a toujours pas eu lieu près de 5 mois après la venue du Néerlandais. Il avait pourtant obtenu les transferts de Maduro et Banega lors du mercato. Pire, la situation semble se dégrader depuis la semaine dernière avec le départ de Soler de la présidence du club. Ce dernier affirme que son état de santé ne lui permettrait plus d’exercer ses fonctions. L’actionnaire majoritaire donne plutôt l’impression de ne plus assumer les conséquences de ses décisions. Bilan de l’ère Koeman: 3 victoires, 8 nuls et 9 défaites.

Les prochains matches seront donc cruciaux, comme l’a répété Ruben Bajara, le capitaine de Valence. Cela devra donc commencer par un bon résultat dimanche prochain au Real Madrid si la formation du nouveau président, Agustin Morera, veut éviter de sentir le vent de la D2 dans son dos. Et si le programme de fin de saison est, à priori, à la portée du dixième de la Primera Division, Valence devra tout de même se déplacer à Barcelone (2ème) et accueillir l’Atletico Madrid (4ème),

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :