Zénith – Rangers: je zappe ou je matte?

Je n’ai absolument rien contre ces deux équipes, au contraire, je ne peux qu’admirer leurs parcours Uefa, mais franchement, comme affiche, avouez qu’on avait rêvé mieux, beaucoup mieux même.

D’un côté un club russe, le Zénith St.Petersbourg, issu d’un championnat dont on ne sait quasiment rien chez nous. Malgré qu’Euronews, la chaîne d’informations européenne, nous distille chaque semaine les résultats de la Première Ligue Russe. Entraîné ma foi par le Néerlandais Dick Advocaat, le club de cette ville culturelle ne dispose pour autant pas de joueurs très réputés. Nicolas Lombaerts (international belge, ex Gantoise) , Andrei Arshavin (meilleur joueur russe très convoité), Anatoly Tymoschuk (international ukrainien) et Fernando Ricksen (ex Rangers) sont les seuls noms vraiment connus au bataillon. Et encore. De plus, les derniers champions de Russie sont déjà largués à l’entame de la nouvelle saison en championnat avec seulement 7 points engrangés en six rencontres. Pourtant, qualifié de justesse dans sa poule, le Zénith s’est successivement payé le scalpe de Villarreal (2ème de la Liga), de Marseille (3ème de la Ligue 1), de Leverkusen (5ème de la Bundesliga) et dernièrement du Bayern, solide leader et futur champion incontesté en Allemagne. Que des belles cylindrées. Mais le club russe ne s’est pas contenté de simplement éliminer ses opposants, il a leur a également infligé de véritables corrections sur ses terres gelées. Sa place en finale n’est donc pas volée.

Face au Zénith, les Rangers. Des vieux de la vieille qui font leur come back sur la scène européenne. Longtemps dans l’ombre de ses rivaux de Glasgow, le Celtic, l’Ibrox Stadium s’est à nouveau révélé être un petit enfer pour ses hôtes. La reprise des joueurs entre les mains du très talentueux coach Walter Smith – qui a redonné des couleurs à l’équipe nationale d’Écosse – n’a d’ailleurs pas tardé à se faire ressentir. Les Gers sont ainsi en mesure de décrocher un 52e titre en championnat cette saison. Le club protestant est également en finale de la coupe; Les Rangers sont donc encore en lice pour un triplé historique pour le club. Mais jamais les Ecossais n’auraient dû franchir l’obstacle Fiorentina en demi-finale au vu du pauvre spectacle qu’ils nous ont offert à Artemio Franchi. Trois ridicules tirs au but de Sébastien Frey en l’espace de 90 minutes. Les Viola ont, eux, de quoi se mordre les doigts avec leurs 25 tentatives stériles. Le ticket des Ecossais pour la finale à Manchester est donc assez contestable. Bien que leur qualification pour les 1/16e de finale ne fut qu’une simple formalité, à l’inverse des Russes, la suite s’est quelque peu compliquée pour le Glasgow. Les hommes de Smith ont ainsi sorti le Panathinaikos (1/16e) et la Fiorentina (1/2) dans la douleur, sans décrocher la moindre victoire en quatre affrontements.

A l’instar de la finale Sporting – CSKA Moscou de 2005, qui mettait également aux prises un club russe, la rencontre ne risque donc pas de déchaîner les passions. Au mieux, les nombreux supporters neutres regarderont un bon petit match de football en se rappelant toutefois qu’ils auraient pu voir un certain Bayern – Fiorentina.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :